Eviter la mérule et ses problèmes | Delleuse Marc Toitures

La mérule, le champignon dévoreur de bois

L’humidité peut entraîner de nombreux problèmes dans une maison, et la mérule est l’un des pires. Ce champignon lignivore (qui se nourrit de bois), un parasite très répandu dans nos régions, est surnommé à juste titre le « cancer du bâtiment ». Découvrez les risques qu’implique la mérule et comment protéger votre maison.

Qu’est-ce que la mérule ?

La mérule dite « pleureuse » est un champignon qui s’attaque à tout élément ligneux (de la nature du bois). Plus précisément, elle est attirée par la lignine, la biomolécule donnant au bois sa consistance. Elle peut donc indifféremment dévorer le bois d’œuvre, le bois brut (presque tous les types de bois sont concernés) ou encore le carton et le papier. Par ailleurs, elle ne se développe pas dans la terre, mais dans un environnement rassemblant les conditions favorables à sa prolifération.

Comment se développe la mérule ?

La mérule risque d’apparaître dans votre maison si les conditions suivantes sont réunies :

– un taux d’humidité supérieur à 25%

– la présence de bois dans votre maison

– une température oscillant entre 18 et 22 degrés

– un manque d’aération et de lumière

Les endroits cachés des maisons (greniers, caves, espaces derrière les lambris, dessous de plancher, etc.) ont de plus grands risques de réunir de telles conditions. Si elle y apparaît, la mérule peut s’y propager très rapidement. Méfiez-vous particulièrement de l’humidité ! Une source d’humidité dans une maison peut entraîner des dégâts très coûteux à long ou moyen terme.

La mérule se développe dans un lieu humide
La mérule se développe dans les lieux humides et confinés

Comment se propage la mérule ?

La mérule a la faculté de traverser les murs en infiltrant ses filaments dans les maçonneries. Elle peut donc envahir des parois de briques, de plâtre ou de parpaings. Des matériaux à densité plus élevée, (béton ou pierre naturelle, par exemple), peuvent la freiner, mais elle trouvera toujours son chemin en s’introduisant dans les joints, à la recherche de bois.

Elle peut aussi ralentir sa croissance, voire se placer en léthargie durant de longues périodes si son environnement lui devient moins favorable, et repartir de plus belle à la première opportunité. Tarir la source d’humidité ne suffit pas à tuer la mérule : le champignon doit être traité indépendamment.

Quels dégâts peut entraîner la mérule ?

Sans un traitement rapide et adéquat, la mérule peut infester toute une maison. Puisque le champignon se développe de préférence dans les endroits cachés, l’infestation peut être très avancée avant d’apparaître au grand jour.

Ainsi, une tache semblable sur un plancher de rez-de-chaussée indique que la mérule a probablement déjà envahi toutes les poutres situées dessous. Elle peut également avoir atteint les murs et se propager en direction des étages.

À quoi ressemble la mérule ?

La mérule change d’aspect au cours de son cycle de vie. Les formes les plus connues du champignon sont les suivantes :

– les plages ou voiles mycéliens :

des couches blanchâtres d’aspect soyeux et souple, qui s’accumulent sur les surfaces.

– le carpophore :

une sorte de croûte souvent brun-rouge, avec un bord blanchâtre. Sous cette forme, le champignon, en plein développement, peut libérer des spores susceptibles d’engendrer d’autres mérules.

La mérule attaque le parquet et les murs
L’aspect en croûte rouge-brun de la mérule

Comment traiter la mérule ?

Vous n’avez que peu de chances de réussir à éliminer la mérule vous-même. Vous pouvez évidemment enlever les éruptions en surface, mais cela risque de masquer la progression du champignon. Seuls des produits fongicides, injectés dans les murs, peuvent tuer le parasite.

Des sociétés spécialisées proposent ce service. Sachez cependant que leur intervention peut fortement dégrader votre maison. Effectivement, en fonction de l’état de progression de la mérule, les ouvriers auront peut-être l’obligation de retirer tout revêtement, peinture, lambris, etc., susceptible de cacher d’autres foyers du parasite. Certaines maisons doivent ainsi être complètement « dénudées », jusqu’à la brique, pour être enfin débarrassées du champignon. Cela implique évidemment de lourdes conséquences financières.

Quels sont les premiers signes d’apparition de la mérule ?

Les risques de dégâts entraînés par la mérule poussent à vouloir la détecter dès son apparition, afin d’agir préventivement. Mais les premiers signes d’infestation sont difficiles à repérer pour un œil non entraîné.

Certains éléments peuvent toutefois attirer votre attention :

– des fissures, des taches d’humidité sur un mur enduit ou un plafond

– une déformation ou une fragilisation de certaines pièces de bois (plinthes, châssis de fenêtre)

– un effritement, un gondolement ou n’importe quelle déformation anormale des murs et planchers

– une odeur très forte, semblable à celle d’une forêt en automne

En dehors de l’odeur, ces signes peuvent aussi être assimilés à une simple présence d’humidité, et l’examen visuel ne suffit pas toujours à détecter la mérule.

Les sociétés spécialisées proposent des sondages destructifs, qui consistent à dénuder les surfaces suspectes afin de constater la présence ou l’absence de champignon. Enlever tout le revêtement d’un mur ou casser tout un plancher, c’est contrariant. Mais c’est un moindre mal en regard des risques que la présence de mérule fait courir à votre maison.

Comment éviter l’apparition de la mérule dans ma maison ?

Nous l’avons vu, les dégâts entraînés par la mérule (et les coûts qu’ils entraînent) peuvent être considérables.

Pour diminuer les risques d’apparition de la mérule dans votre habitation, quelques gestes simples :

aérer souvent toutes les pièces de votre maison, en particulier celles fréquemment humides (cave, cuisine, salle de bains)

– être attentif aux fuites et infiltrations d’eau, et les solutionner le plus rapidement possible

– si un de vos murs est dégradé par de l’humidité, ne pas le camoufler par un revêtement posé sur des lattes en bois

– éviter d’entreposer des boiseries ou du carton dans des endroits humides

– retirer les boiseries inutiles, en particulier celles posées contre des murs anciens

Éviter l’humidité ? Delleuse Marc Toitures peut vous aider !

La mérule aime l’humidité, et une toiture endommagée ou mal entretenue peut être une porte ouverte aux infiltrations d’eau.

Si vous avez un doute sur l’état de votre toiture, ou si vous souhaitez vous assurer de son étanchéité, faites appel aux experts de Delleuse Marc Toitures. Nous identifierons les éventuels points faibles de votre toiture et pourrons vous proposer des solutions pour protéger votre habitation de l’humidité.

Notre devis est GRATUIT, profitez-en !

Contactez-nous au 02/396.00.96 ou via notre formulaire de contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *